Rencontre avec ProExport Colombia France

camilo-martinez-proexportProExport Colombia est l’organisme de promotion du tourisme, de l’investissement des exportations de la Colombie. Il y a quelques jours, nous avons eu l’opportunité de participer à la conférence de presse qu’ils organisaient à l’Intercontinental de Paris. Toute la journée, des entrepreneurs colombiens étaient venus pour promouvoir leurs produits auprès d’investisseurs français.

A la présentation presse, une trentaine de personnes étaient présentes. Nous pensions qu’ils étaient là pour découvrir la Colombie et en parler dans les journaux… Mais pas vraiment: il y avait des agents de voyages qui proposaient déjà la Colombie dans leurs offres, des reporters TV qui avaient fait un reportage sur la Colombie, le directeur de la Maison de l’Amérique Latine, etc. Pas de gros coup de pub  pour eux mais c’était quand même enrichissant pour nous: une heure de présentation sur la belle Colombie et sa nouvelle campagne « Realismo Magico », plusieurs cadeaux comme des livres sur le pays, mais surtout cela nous a permis de rencontrer beaucoup de personnes comme Mr Camilo Martinez, le directeur du bureau français.

Au lendemain de la présentation, un seul article de presse est tombé: Le produit Colombie ne décolle pas sur le marché Français. L’article résume fidèlement ce qui s’y est dit donc on vous laisse le découvrir et passer à notre entretien avec le directeur.

Quelle est la mission de ProExport Colombia en France?

Notre première mission en France a été de construire des circuits en Colombie destinés aux professionnels du voyage français. Il y a 5 ans, aucun professionnel ne proposait la Colombie.  C’était compliqué à cause de sujets comme sur Ingrid Betancourt. A sa libération, nous nous sommes dit que nous allions faire une grande opération en France pour sauver l’image de la Colombie. La première consistait à agir en B2B* avec ces professionnels. Depuis nous travaillons avec 28 agences qui proposent des circuits en Colombie. Nous agissons au nom du gouvernement et les organismes avec lesquels nous travaillons sont tous professionnels. Les lieux à visiter que nous proposons sont sans dangers.

Nous avons travaillé à sensibiliser le B2B*, et aujourd’hui nous passons au B2C*. Nous voulons faire une campagne sur Facebook, dans les différents réseaux sociaux, auprès des blogueurs, etc.

Combien de personnes composent le bureau?

Nous sommes peu nombreux dans le bureau parisien : un expert en tourisme, un responsable des exportations et moi-même, le directeur. Je me charge aussi de la promotion de l’investissement en Colombie accompagné d’un stagiaire.

Comment se positionne la France par rapport aux autres pays où est présent ProExport Colombia?

Elle est le troisième pays du point de vue du tourisme en Europe: en premier l’Espagne, puis l’Allemagne et la France.
En tant que destination pour les exportations colombiennes c’est le quatrième après le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Allemagne.
Très peu de produits « nostalgiques » sont vendus : d’un Colombien à un colombien. Ils sont surtout vendus aux espagnols et anglais. Les ventes de Nostalgie ne sont pas aussi représentatives que nous pourrions le croire.

Comment aidez-vous les exportateurs colombiens?

Nous voulons que plus de produits colombiens se vendent en France. L’évènement d’aujourd’hui a réuni plus de 100 entrepreneurs colombiens qui avaient rendez-vous avec environ 90 acheteurs européens, dont 44 Français. Cela représente 700 rendez-vous, chacun entre 20 et 30 minutes.

Nous souhaitons appuyer l’accord de libre commerce entre l’Europe et la Colombie, qui est entré en vigueur le 1er Août,  en faisant entrer sur le marché plus de produits colombiens. Par exemple, des produits issus de l’agriculture en Colombie, maillots de bain Coty, software, etc. Nous ne voulons pas seulement vendre des fruits comme des bananes, mais aussi entrer dans le secteur des services audiovisuels.

Comment avez-vous sélectionné les entreprises présentent aujourd’hui?

Nous avons plusieurs bureaux en Colombie, à Bogota et dans plusieurs villes : 7 bureaux ainsi que 24 centres d’information dans différentes villes. Nous soutenons un processus d’aide pour les entrepreneurs qui veulent exporter : de la création à la mise en place d’agences commerciales. D’ailleurs ici aujourd’hui et demain, il y a des conférences, mais aussi 70 PME venues pour comprendre qu’est le marché français, pas nécessairement pour y vendre, mais vraiment le comprendre. Il y a eu des conférences avec le directeur de l’Institut français de la mode et la possibilité de discuter avec plus de 20 acheteurs, ex-acheteurs ou consultants qui connaissant bien le produit. Ils étaient là pour les conseiller et présenter leurs produits.
Demain, nous allons faire quelques visites sur le terrain : 60 entreprises agro-alimentaires vont visiter Rungis, ceux des cosmétiques vont chez Sanofi et dans des boutiques de cosmétiques bios, ceux de la mode iront au Marais découvrir les tendances françaises. L’important est qu’ils incorporent ces techniques dans leur savoir-faire. Au final, ce sont 34 partenaires français auxquels nous faisons appel pour ces visites.

Et pour ce qui est des Investissements en Colombie ?

Au niveau de l’investissement, nous avons mis en place une stratégie de promotion de l’investissement avec les grands groupes français en Colombie pour aller investir là-bas.
Aujourd’hui, nous avons eu une réunion avec 40 entreprises dans le secteur des infrastructures avec la présidente de ProExport et l’ancien premier ministre Villepin, qui gérait à l’époque les problèmes avec Ingrid Betancourt. Son discours était positif sur la Colombie et même un article sur l’Opinion vient de sortir: « La réconciliation de Dominique de Villepin avec la Colombie »

La France est bien présente en Colombie, c’est même le premier employeur étranger en Colombie. L’alliance française à Bogota est la plus grande dans le monde.
En Colombie, il y a 3 écoles françaises : une à Bogota, une à Cali et une à Pereira. La communauté d’étudiants colombiens en France est plus ou moins de 4000, c’est la seconde communauté d’Amérique latine la plus importante en France. La première étant le Brésil.

Nous souhaitons que la Colombie soit plus présente en France, et vice-versa.  Ainsi, le 27 Octobre, il y aura un événement similaire en Colombie organisé par UbiFrance . Nous l’avons planifié la même semaine volontairement comme pour essayer de renforcer les liens culturels entre la France et la Colombie. Nous travaillons main dans la main avec l’agence de promotion Francaise.

Que répondez-vous à toutes les personnes qui résument la Colombie aux Farcs et aux drogues?

Déjà nous ne cachons pas que oui nous exportons de la drogue, elle existe toujours et que nous sommes le 3ème exportateur de cocaïne dans le monde, c’est un fait. Maintenant, nous exportons beaucoup moins de drogues que ce fut le cas pendant de nombreuses années. La production se répartie aujourd’hui entre le Pérou et la Bolivie et la logistique au Mexique.
Nous en évacuons beaucoup et avons d’excellents résultats mais il reste encore beaucoup à évacuer et nous continuons donc sur cette voie.
En matière de sécurité, quelques données : le nombre d’homicide pour 100 000 habitants de Détroit est de 42, celui de Baltimore 48, plus encore celui de Caracas : 220.
Nous ne sommes pas Paris qui en a que 2, mais nous ne sommes les pires non plus. Nous avons sensiblement amélioré la situation à Bogota qui a aujourd’hui un indice de 42. Puis nous continuons sur cette hausse. C’est un problème auquel nous sommes confrontés et que nous résolvons, y compris avec un processus de paix avec les groupes que vous connaissez.

*B2B : Business To Business, Relation commerciale entre entreprises
B2C : Business To Consumer, Relation des entreprises avec les consommateurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *