Internships Colombia : agence de placement en Colombie

internships_colombiaUn de nos articles les plus consultés du blog est celui pour trouver un job en Colombie. Du coup on s’est intéressé plus particulièrement à Internships Colombia, une entreprise qui propose des stages en Colombie et qui s’avère être tenue par des français! Nous avons donc rencontrés Maxime (38 ans) et Yoann (27 ans) les créateurs et vous laissons découvrir leurs expériences.

Leurs parcours jusqu’en Colombie  

medellinYoann: J’avais besoin de faire deux stages de 6 mois pour valider mon Master en Commerce International à l’Ecole Kedge Business School basée à Marseille. J’ai fait le premier à Buenos Aires en Argentine grâce à un organisme qui m’a aidé à trouver mon stage, le logement et le visa. J’ai vécu la bas avec des colombiens et, malgré le fait qu’ils étaient de Bogotá, ils m’ont recommandé d’aller à Medellín. J’ai donc regardé les opportunités… mais il n’y avait aucun organisme pour m’aider à trouver mon stage. J’ai alors pris mon billet d’avion et j’ai prospecté tout seul. Au bout d’un mois, j’ai réussi à avoir un premier entretien dans une entreprise colombienne. Grâce à mon niveau d’anglais, j’ai intégré leur département Exportation.

Maxime: Après mon Master en Finance, j’ai commencé à travailler en finance à Paris puis en Australie. Pour finir j’étais en Suisse mais j’en avais marre de la finance puisque cela faisait déjà 10 ans. J’ai décidé de faire un break en Amérique Latine. J’étais déjà allé une fois en Argentine et puis j’ai toujours adoré voyager. Donc j’ai économisé de l’argent en Suisse, ce qui n’est pas trop dur, et puis je suis parti 9 mois en mode backpacker. Je n’avais pas de planning défini mais je voulais voir plusieurs pays. J’ai parcouru l’Équateur, le Pérou, la Bolivie, … mais je voulais pas aller en Colombie car j’avais une image négative. Mais j’ai rencontré beaucoup de voyageurs qui m’ont convaincu que le pays avait changé. J’y suis donc resté un mois à la fin de mon voyage. J’ai trouvé une vraie différence avec beaucoup de pays sud-américains, c’est très chaleureux et il y a une joie de vivre vraiment spécial ici. La Colombie est le pays que j’ai préféré et, à mon retour en France, je voulais absolument y revenir. Donc j’ai commencé par chercher du travail ici puis j’ai eu l’occasion de rencontrer Yoann.

L’idée de l’entreprise

medellinYoann: On était tous les deux à l’affut pour monter une entreprise. On a parlé des différentes opportunités qu’on avait et on a vu qu’il n’existait pas d’entreprise pour aider les étudiants à faire leur stage en Colombie.

Maxime: Yoann avait fait un stage avec une entreprise qui proposait à peu près les mêmes services donc on savait que le concept fonctionnait dans d’autres pays. Et il y avait beaucoup d’intérêt : à la fois des entreprises parce-que le niveau d’anglais est pas très développé ici et pour les étudiants c’est une super opportunité parce que le pays est en train de s’ouvrir contrairement au Chili et au Pérou où c’est déjà très internationalisé. Puis en Colombie, ils valorisent beaucoup les étudiants internationaux et il y a une bonne dynamique. D’ailleurs Medellín a reçu le prix de la ville la plus innovante en 2012, la Colombie celui du pays le plus aimable : tout cela apporte du plus. C’est aussi un bon moyen de faire découvrir le pays en vivant une expérience colombienne complémentaire du tourisme.

Yoann: : Ce qui me parait aussi important par rapport à Medellín, c’est que de toutes les personnes qu’on a rencontré et qui ont visité Medellín, je n’ai jamais entendu quelqu’un dire « je n’aime pas Medellín ». Et souvent les personnes qui ont le plus voyagé le disent également : « J’ai fait l’Asie, l’Amérique du Sud… et la Colombie est là où je me sens le mieux ».

Le lancement d’Internships Colombia

internships-colombiaYoann: Pour créer une entreprise, il faut aller à la Chambre de Commerce, il y a différents types de structures juridiques comme en France mais les procédures sont beaucoup plus simples ici. On sent que le pays est assez ouvert et encourage les étrangers à installer leur entreprise ici. Il n’y a pas trop de restrictions et je pense que ça va en attirer beaucoup. J’ai eu l’occasion de créer mon entreprise en France et j’avoue qu’au niveau des papiers, des procédures, du temps nécessaire, c’est le jour et la nuit.

Maxime: Concernant les visas, les procédures se sont simplifiées récemment. Comme toujours, avec un peu d’aide et de motivation ça se fait.

Yoann: On a donc lancé Internships Colombia en Novembre 2012. Les premiers mois, on a consulté des entreprises, pour voir leur intérêt et valider le concept. Pour les contacter, on les a tout simplement appelées. On prenait des rendez-vous d’autant plus facilement qu’on est basé en Colombie, ça les rassure. Pour le networking, ce qui marche mieux sont les déjeuners d’affaires. On a eu à peu près une centaine de rendez-vous avec des entreprises de tout genre : ONG, publiques ou privées. Notre volonté est de négocier, avec les entreprises, des stages rémunérés de 400$ en moyenne par mois. Généralement les stages en Amérique du Sud ne sont pas rémunérés. Des fois c’est un peu compliqué mais on y arrive même avec certaines ONG. Notre objectif est de proposer une solution clef en main à un prix abordable. Nous offrons des services personnalisés aux candidats (assistance sur place, visa, aide à trouver un logement, préparation aux entretiens, …). Par rapport à la concurrence, on est plutôt bien placé et on s’adresse ainsi à un large public d’étudiants et de jeunes diplômés. C’est important car l’un de nos objectifs est d’améliorer l’image de la Colombie et de faire découvrir ce pays à un maximum de personnes.

Les barrières de la langue & culturelles

france-colombieMaxime: : Je pense que c’est bien qu’on travaille tous les deux car on est de la même culture, on n’a pas de problème de langue, et c’est important. Si on travaillait avec quelqu’un d’un autre pays il peut y avoir des différences culturelles qui font que le travail n’est pas aussi simple.

Yoann: Pero sí todavía tengo mi acento ! Mais l’entreprise qu’on est en train de mettre en place nous permet de pratiquer 3 langues : espagnol, anglais et français car on travaille aussi avec des partenaires français.

Maxime: L’espagnol ce n’est pas un problème. A la limite on a un accent mais ils aiment bien.
C’est sûr que pour les entretiens avec les entreprises on parle espagnol, les employés n’ont pas un niveau d’anglais très développé. Heureusement on pratique l’espagnol en voyageant en Amérique Latine puis on aime bien l’espagnol, c’est une langue sympa.

Son envol

site-web-internships-colombiaYoann: On a beaucoup travaillé sur le digital : « Internships Colombia » et « Internships Medellin » sont en première position sur Google dans tous les pays. Ça nous a apporté beaucoup de visites sur notre site Internet et actuellement on a à peu près 3600 étudiants, de 160 nationalités différentes, qui ont postulé à notre programme de stage. Beaucoup d’indiens au début car on travaille beaucoup sur le secteur de la Technologie de l’Information (IT). Actuellement, nous avons beaucoup d’étudiants Français car nous avons réussi à être recommandé par Ubifrance et la Chambre de Commerce Franco-Colombienne. Le networking est très important lorsque l’on commence une entreprise. Nous avons eu la chance de rencontrer en personne l’Ambassadeur de France en Colombie à qui nous avons pu présenter notre projet. Cela peut toujours aider.
Aujourd’hui, nous avons surtout  des américains, des canadiens, des anglais, des espagnols, et aussi de plus en plus de français. Maintenant on est en train de faire passer des entretiens, un travail de pré-sélection et les premiers seront placés dans le mois.

MaximeLes règles pour les visas se sont récemment assouplies. Nos stages sont ouverts aux étudiants comme aux personnes déjà diplômées.

YoannCertains de nos candidats peuvent être embauchés après leur stage. On étudie la possibilité pour plus tard de trouver des emplois pour des professionnels.

Prochains projet…

Maxime: On se développe à Medellín, puis Bogotá et Cali. Après on a différentes presentationpossibilités pour se développer : envoyer pourquoi pas des colombiens à l’étranger ou faire des échanges universitaires.

Yoann: A l’heure actuelle, on est en contact avec une entreprise française pour envoyer des colombiens qui ont un intérêt dans la gastronomie pour aller étudier en France et travailler dans certains hôtels/restaurants. Aussi avec le développement de l’entreprise, on va recruter des personnes pour gérer toute la partie accueil des étudiants, tout ce qui est évènementiel, etc. On est en train de mettre tout ça en place et pour le moment tout se passe très bien.

Internships Colombia en Bref

Création : Novembre 2012 – premiers stages en janvier 2014
Fondateurs : Yoann & Maxime
Offre : Solution clef en main à partir de 500$, stages rémunérés en moyenne à 400$ par mois à Medellin
Profils les plus recherchés : Professeur d’anglais, Community Manager (réseaux sociaux), Technologie de l’Information (IT), Commerce International, Marketing, Développement Durable et ONG.
Leur site web : Internships Colombia
P’tite anecdote: Si vous venez passer des entretiens en Colombie, ne soyez pas surpris par le Polígrafo! Pour son stage, Yoann a dû passer par ce détecteur de mensonges: « Ils m’ont mis sur une chaise, des capteurs sous les fesses, sous les aisselles, sur les doigts et pendant une heure et demie ils m’ont posés toutes les questions qu’ils pouvaient. Ça m’a paru hallucinant : où est-ce que je suis, qu’est-ce qu’ils vont me faire… Au final ça s’est bien passé. »
P’tite astuce : Ne jamais abdiquer lorsque l’on est en recherche de stages ou d’emplois. L’entreprise, qui m’a offert mon stage de 5 mois à Medellin, avait refusé ma candidature 6 mois auparavant lors d’un entretien Skype!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *